Pyrite : Comment différencier l’or des fous de l’or ?

La pyrite, parfois appelée “or des fous”, a trompé d’innombrables orpailleurs en leur faisant croire qu’ils avaient découvert de l’or alors qu’il n’en était rien. Ce métal a anéanti les rêves de milliers de prospecteurs. Nous allons vous montrer les différences notables qu’il y a entre l’or et la pyrite, et vous apprendre à les différencier.



La différence de composition chimique entre la pyrite et l’or

À l’inverse de l’or, la pyrite n’est pas un élément chimique, mais une agrégation d’atome. Il est composé de soufre et fer, d’où son nom technique, le sulfure de fer (FeS2). Cette caractéristique chimique lui donne une première caractéristique : la pyrite a une odeur. Une odeur de soufre ou, plus familièrement parlant, une odeur d’œuf pourri.

L’or, lui, est un élément chimique (Au) présent dans le tableau periodique portant le numéro 79. C’est cette caractéristique qui le rend parfaitement stable, tant au niveau des réactions chimiques que d’autres conditions de pressions ou de température.

Nous avons donc l’or d’un côté qui est un élément basique puis la pyrite de l’autre qui une agrégation d’atome. Pourtant, le processus de fabrication de ces 2 minerais est bien différents. L’or étant un élément de base, il est déjà présent en l’état dans la constitution terrestre sous le sol. La pyrite est, au contraire, issu d’une synthèse chimique entre le fer sous ionique, présent dans les sédiments et l’hydrogène de sulfure provenant de la décomposition organique.

couleur de l'or en pallettes
Voici la couleur de paillettes d’or

Autrement dit, l’un est déjà présent dans les entrailles de la terre et se retrouve libre, emprisonné dans la roche, l’autre a été créé chimiquement uniquement à la surface.

Quel est l’impact de la présence de ces 2 minerais pour un orpailleur ?

Pour un œil non averti, la pyrite semble extrêmement similaire à l’or, à savoir qu’elle a une teinte jaunâtre similaire, mais il existe des distinctions importantes entre les deux. Il est essentiel de reconnaître et de saisir les distinctions entre la pyrite et l’or, que vous soyez un prospecteur amateur ou professionnel. Ce n’est qu’ainsi que vous pourrez être certain de la quantité d’or que vous, ramènerez chez vous après une dure journée de prospection.

Si vous voulez sérieusement faire de l’orpaillage ou de la prospection, vous devez apprendre à faire la distinction entre l’or et la pyrite. La vérité est que l’or peut être évalué à plus de 40 000 Euros le kilo, tandis que la pyrite ne vaut que quelques centimes. L’essentiel est que vous sachiez différencier l’or des autres minéraux dans votre batée.

Pourtant, l’or est intimement lié à la pyrite, comme cela a été vérifié sur le minerai de Frobisher qui contenait de la Pyrite, mais aussi de l’or.

Comment déterminer avec certitude si on est en présence d’or ou de pyrite ?

code promo materiel d'orpaillage et de recherche d'or boutique le fouilleur

La couleur

Après avoir acquis une certaine expérience de l’orpaillage et de la prospection, vous devriez être en mesure de déterminer la différence de couleur qu’il y a entre la pyrite et l’or simplement en observant sa teinte. Même une personne sans expérience préalable sera capable de faire la différence entre les deux minéraux lorsqu’ils sont placés côte à côte.

La pyrite a une teinte jaune très claire, presque métallique, comparable à celle du laiton, alors que l’or a une couleur jaune pâle et profond qui est très réfléchissante à la lumière environnante et sans scintillements. Tenir un morceau d’or à la lumière révèle une teinte jaune profonde, plus intense que la couleur jaune terne de la pyrite. Jusqu’à ce que vous puissiez détecter facilement l’or, mettez un morceau de pyrite dans votre poche pour comparer vos trouvailles.

La pierre de pyrite se trouve dans la main. Beau fer dans la main de la pyrite naturelle. Sur un fond blanc. Pierre ou pyrite dorée et dorée. Pierres naturelles. Minimalisme.

Le test de la trainée

Le test de la trainée ou de stries est l’une des procédures les plus efficaces pour déterminer si un minéral est de l’or ou non. Si vous ne savez pas de quoi il s’agit, Voici l’explication : Les tests de stries sont effectués en frottant une pépite sur une surface de test appelée plaque de stries. Lorsqu’un minéral est frotté dessus, il laisse derrière lui une traînée colorée de poudre , qui peut révéler des informations sur le type de minéral.

La pyrite produit souvent une trace noire à vert foncé, alors que l’or produit une trace jaune brillant. Les plaques à stries pour tester l’or sont disponibles dans des dizaines de magasins de minéraux et de sites marchants de type marketplace.

La dureté

Vous avez certainement vu les champions olympiques mordre leur médaille d’or ? Il se trouve que ce geste est en réalité un test tout à fait viable pour vérifier si on est vraiment en présence d’or ou pas. L’or, qui plus est pur, est mou et se déforme sous la pression. En mordant de l’or avec les dents, on peut donc vérifier si on perçoit une petite trace de dent qui se serait enfoncée.

Loin de nous l’idée de vous encourager à mordre le moindre objet doré que vous croiserait au risque de rendre heureux votre dentiste. Mais cette image traduit bien là une des propriétés physique spécifique de l’or. En effet, l’or à une dureté de 2.5 à 3 sur l’échelle de Mohs alors que la pyrite avoisine les 6.

Mais si on voulait poursuivre dans cette idée, si vous mordez de la pyrite, celui-ci ca à serait sous la pression de vos dents (ou même vos dents elles-mêmes), car la pyrite est cassante et fiable. Mais on préfèrera faire ce genre de test avec un objet fin et pointu que l’on pressera sur l’objet ou le spécimen à tester.

Le poids

Vous savez sans doute que l’or est l’un des métaux naturels le plus lourd et le plus dense (plus de 19 fois plus lourd que l’eau à volume équivalent). Après tout, l’objectif de l’orpaillage est d’éliminer les minéraux les plus légers et de laisser les plus lourds, comme l’or, tomber au fond de votre batée ou de votre rampe d’orpaillage.

Amas de cristaux de pyrite de Huanzala, Pérou.

La pyrite, quant à elle, pèse beaucoup moins lourd que l’or, et de petites paillettes de pyrite sont souvent emportées par l’eau lors du nettoyage au pan américain. De grosses paillettes de pyrites peuvent tout de même être présente lors du nettoyage final, mais elles peuvent être identifiées par leur forme et leur structure cristallines.

La forme

La morphologie des pépites de pyrites est particulièrement reconnaissable et ne se retrouve pas dans l’or. Presque toutes les pyrites sont formées en cristaux, dont certaines peuvent avoir jusqu’à une demi-douzaine de cristaux dépassant de la base. Bien sûr, cela peut être difficile à discerner dans les petites paillettes de pyrite, car les cristaux seront petits et dissimulés. L’or, quant à lui, n’est jamais créé sous forme de cristaux et forme une entité relativement stable et souvent avec des formes arrondies par l’érosion.

Le test de la cassure

L’or est un métal ductile, c’est-à-dire qu’il est relativement mou, malléable et se déforme sans se casser ou rompre. À l’inverse, et nous venons de le dire précédemment, la pyrite est de nature cristalline. La pyrite est donc très friable et cassant sou l’effet de chocs contre les graviers ou si on lui applique une pression avec une lame de couteau ou une aiguille.

L’or, lui, se déforme sous l’effet des chocs, s’aplatit ou se déchire sans fissurer. Si vous avez un doute, essayez de soumettre une pression sur le bord d’une paillette à l’aide d’un couteau ou une aiguille. Si le minéral s’effrite ou se casse, c’est de la pyrite. S’il se déchire, se plie ou se tord, alors c’est de l’or.

Une réflexion sur “Pyrite : Comment différencier l’or des fous de l’or ?

  • à
    Permalien

    Superbe article, je me permet d’apporter quelques informations supplémentaires.

    La pyrite se corrode plus rapidement dans un environnement anaérobie, en particulier à proximité de l’océan. Il en résulte la formation d’un revêtement corrosif (rouille) sous forme de ternissure sur les structures d’acier dans l’industrie pétrolière et gazière, c’est pourquoi les compagnies pétrolières s’intéressent à mieux comprendre les propriétés de la pyrite et ses mécanismes de corrosion afin de ralentir ralentir le processus dans le cas de l’acier. L’entreprise BP soutient financièrement le Centre de recherche sur les matériaux et la corrosion du MIT. Sous l’influence de l’oxygène et de l’humidité atmosphérique, la pyrite s’altère rapidement en surface, s’oxydant en oxydes et hydroxydes de fer (par exemple la limonite) et en sulfates de fer (corrosion atmosphérique). Même toucher les parois d’un cristal de pyrite avec un doigt peut entraîner l’apparition de rouille à sa surface en quelques jours, en raison de l’humidité naturelle et de la réaction acide de la peau. “Moins d’écart énergétique signifie plus de corrosion”, a déclaré le Pr. Yildiz, ajoutant que les chercheurs ont souvent sous-estimé l’influence d’un facteur de corrosion très important.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.