L’or et les métaux précieux peuvent être extrait des océans

La technologie progresse, tout comme la prospection minière et l’extraction de métaux. Alors que nous nous dirigeons vers le remplacement des combustibles fossiles par des ressources renouvelables dans un avenir proche, nous devons élargir l’éventail des gisements minéraux exploitables. En fait, certains éléments chimiques deviennent de plus en plus importants, par exemple le lithium pour les batteries électriques ou certains minéraux rares pour les smartphones modernes.

En général, les différents outils technologiques que nous utilisons chaque jour sont alimentés par une industrie minière florissante, mais il y a de plus en plus une course à l’extraction de certains matériaux rares. L’or, l’argent, le cuivre, le cobalt, le nickel, le manganèse et le zinc ne sont que quelques-uns des éléments chimiques qui peuvent être récupérés en grande quantité sur le fond des océans, ce qui ouvre une nouvelle frontière dans la recherche et l’exploration minérale, mais il y a quatre problèmes principaux à résoudre.

Dans quelles mers et océans peut-on extraire ces gisements ?

Bien que certains métaux précieux soient présents dans les eaux marines, leur concentration est si faible qu’il ne serait pas rentable de les extraire. Par exemple, on estime que l’or extrait par des systèmes d’exploitation aurifères spécifiques est présent dans les solutions marines avec une concentration proche de 1,3 milligramme par tonne d’eau.

Pour vous faire comprendre ces chiffres, imaginez que pour extraire 1 gramme d’or, il faudrait traiter 770 mètres cubes d’eau de mer ! On a calculé qu’il y a environ 20 millions de tonnes de réserves d’or dans la mer, sans compter tout l’or présent dans les sédiments des fonds marins ! Ce sont des chiffres stupéfiants, mais l’extraction est en fait, à l’heure actuelle, souvent irréalisable sur le plan technologique et économique.

Les grandes sociétés d’exploration minière ont donc orienté leur regard (et leur financement) vers les endroits où il existe des anomalies thermiques naturelles. C’est-à-dire qu’en raison du mouvement des plaques tectoniques, il existe des zones linéaires que l’on appelle des dorsales médio-océaniques. Ici, une nouvelle croûte océanique est continuellement générée.

techniques d'extraction d'or et de minéraux et métaux rarex en plein océan

Les magmas riches en fer et en magnésium remontent la croûte et, au contact de l’eau de mer, se cristallisent rapidement, formant des basaltes. Les plaques continentales sont poussées dans leur migration continue en raison de l’expansion des dorsales médio-océaniques. L’eau de mer s’infiltre également en profondeur dans ces zones fracturées, se réchauffe et retourne au fond de la mer enrichie en éléments chimiques.

Une fois revenus à leur point de départ, c’est-à-dire au contact avec les fonds marins, ils déposent de leur contenu métallifère, formant ainsi de véritables gisements métalliques, riches en cuivre, fer, or, etc. Il s’agit de ce qu’on appelle les VMS ou Vulcanic Massive Sulphides. Ce sont des domaines intéressants du point de vue de l’exploitation minière ! Les différentes enquêtes ont fait état de données encourageantes allant de 16,9 à 18,1 grammes par tonne pour l’or et de 217 à 404 g/tonne pour l’argent. Le cuivre n’est pas non plus une blague, puisqu’il se situe entre 6,1 % et 34 %.

Pourquoi ne pas les extraire ?

D’un point de vue environnemental, l’extraction à grande échelle de minéraux du fond des océans serait désastreuse au-delà de notre imagination. Il suffit de penser au peu que nous savons des processus biologiques qui se déroulent dans les océans. Nous connaissons très peu d’espèces animales par rapport au nombre qui pourrait réellement exister et ces activités minières pourraient les décimer en quelques décennies, surtout si elles sont menées sans critères.

Par exemple, à proximité des fumeurs noirs, c’est-à-dire des cheminées hydrothermales que nous avons mentionnées plus haut comme VMS, vivent une multitude d’espèces qui profitent de l’anomalie thermique pour survivre et prospérer. Ce sont de véritables oasis marines au milieu de l’océan et nous voulons les éradiquer pour en extraire des minéraux précieux. Vous comprenez qu’il n’est pas du tout facile de trouver un compromis viable. Même le tamisage d’énormes quantités de sédiments se trouvant au fond de la mer peut ne pas être une bonne idée, imaginez la pollution qui pourrait en résulter.

Qui doit l’extraire ? Qui en a le droit ?

La Convention des Nations unies sur le droit de la mer contient les principales sources de droit concernant les personnes autorisées à exploiter des mines et la manière dont l’exploitation minière en mer doit être effectuée. Cette convention est entrée en vigueur en 1994 après plus de vingt ans de diplomatie internationale.

Peu de temps après, l’Autorité internationale des fonds marins est née, dont le but est de contrôler et de coordonner les activités minières offshore (c’est-à-dire au-delà de 200 miles des côtes, appelées “eaux internationales”). L’objectif est de rendre compte des activités de recherche, de prospection et d’exploitation minière tout en minimisant l’impact environnemental éventuel. Mais dans quelle mesure ces autorités peuvent-elles réellement contrôler les développements d’une éventuelle “course océanique” ? Nous verrons bien.

lingot d'or issu de l'exploitation aurifère sous marin

Qui exploite déjà des mines ? Deux exemples

À l’échelle industrielle, les exemples ne manquent pas, mais deux d’entre eux sont remarquables en termes de prospection d’or et de diamants en mer. Par exemple, à Nome, en Alaska, la ville fonde son économie sur l’extraction de l’or des placers locaux.

Les champs de placers à l’intérieur des terres sont en grande partie épuisés, mais il y a encore des activités d’exploitation minière le long des fonds marins proches du rivage par des bateaux de petite et moyenne taille, qui draguent les sédiments le long des fonds marins à la recherche de pailles, de granules et parfois de pépites d’or.

En ce qui concerne les diamants, Debeers est la plus grande entreprise au monde et a déjà extrait des centaines de kilos de diamants bruts au large des côtes namibiennes. Dans les deux cas, cependant, les minéraux proviennent du continent ! La recherche de métaux précieux dans les océans, en revanche, nécessite des investissements de plusieurs ordres de grandeur !

Conclusions

Nous sommes à l’aube d’une série de changements d’époque. Imaginez que pour produire une batterie électrique utilisable dans une voiture, il nous faut 85 kilos de cuivre, 55 kilos de nickel, 7 kilos de manganèse et la même quantité de cobalt. Avec une production industrielle comme celle d’aujourd’hui, le manque de ressources naturelles nous oblige à les chercher dans des endroits de plus en plus isolés ou avec des techniques innovantes.

Nous regardons souvent vers le ciel à la recherche d’astéroïdes riches en éléments chimiques que nous désirons tant, mais la réalité est que nous pourrions trouver les ressources dont nous avons besoin simplement dans l’eau de mer ou au fond des océans. Cela vaudra-t-il la peine d’extraire ces ressources ? Nous le verrons dans un avenir proche !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *