Comment utiliser un pan américain pour chercher de l’or

L’orpaillage vous intéresse ? Vous avez ce qu’il vous faut ! Dans ce cas, la prochaine étape sera d’apprendre à vous servir d’une batée, plus spécifiquement d’un pan américain. Une batée est un instrument simple, manuel, mais efficace pour trouver de l’or. Une batée ou un pan américain ne prend pas beaucoup de place et c’est le premier équipement que l’on achète lorsque l’on souhaite devenir un chercheur d’or.

Ici nous allons nous focaliser sur l’utilisation d’un pan américain, car c’est le type de batée le plus utilisé en France et aussi le plus facile à manier.



Apprendre à manier un pan peu également s’apprendre seul par mimétisme à partir d’une des nombreuses vidéos que vous trouverez sur YouTube par exemple. Mais nous allons aussi compléter ces vidéos avec notre propre méthodologie, ici présenté. Avec un peu de temps, de persévérance et d’effort, vous serez en mesure de concentrer rapidement les matériaux lourds contenus dans les graviers et découvrir vos premières paillettes d’or.

Qu’est-ce qu’une batée, un pan américain ?

La batée, initialement surnommée “casserole” par les 49ers, est probablement le dispositif de concentration de l’or le plus ancien et le plus couramment utilisé dans le monde. Bien qu’il existe une grande variété de formes et de tailles de pan, la casserole à or comme l’appelles les Américains, a un diamètre de 40 à 45 centimètres de diamètre et une profondeur de 5 à 6 centimètres, avec des côtés inclinés de 30 à 45 degrés.

On peut en trouver à des prix allant de 7 à 18 euros dans les magasins de détection, les magasins de géologie et même dans certaines quincailleries. Les pans américains sont fabriquées en métal ou en plastique et sont utilisées pour la prospection de l’or, le lavage des concentrés aurifères et, en de rares occasions, le travail manuel des gisements difficiles d’accès.

Aventures sur la rivière. Un prospecteur d'or remplit un pan americain avec du sable.

Les pans en plastique sont suggérées pour la plupart des gens, car elles offrent des avantages majeurs par rapport aux anciennes batée en acier, comme le fait d’être plus légères, de ne pas rouiller et de ne pas interférer avec l’utilisation d’un aimant (que l’on utilise pour séparer le sable noir magnétique, de l’or).

Les mineurs du monde entier utilisent une variété de batées à la place de pans. Les prospecteurs d’Amérique du Sud ont traditionnellement utilisé un chapeau chinois en bois ouvert appelé batea pour traiter les graviers. En Mongolie, les prospecteurs utilisent actuellement de grands récipients en plastique.

La conception même du dispositif n’a pas d’importance. Son but est de permettre au prospecteur de secouer les graviers de façon à ce que l’or descende au plus bas du récipient de tri par gravité, puis de laver les matériaux plus légers sur le dessus. Après avoir éliminé tous les éléments moins lourds, seuls les concentrés lourds, comprenant idéalement de l’or, resteront dans la batée.

Comment fonctionne un pan américain ?

La fonction fondamentale d’un pan est en fait assez simple, mais l’experience et le talent sont nécessaires pour traiter d’énormes volumes de matériaux et obtenir une récupération optimale. La meilleure façon d’apprendre à faire de l’orpaillage est d’observer un orpailleur expert au travail, mais les idées et les processus principaux sont détaillés ici.

Vous pouvez apprendre à faire de l’orpaillage par vous-même avec un peu de pratique. Il suffit de suivre les étapes décrites sur cette page. Lorsque vous aurez fini de lire cette page et que vous penserez avoir compris le processus d’extraction à la batée, allez-y et essayez par vous-même, car c’est le meilleur moyen d’apprendre.

Pour vos premiers essais, prenez quelques billes de plomb de pêches ou de chasse, mélangez-les avec du sable et du gravier, en présence d’eau et voyez si vous pouvez enlever le gravier tout en gardant les plombs au fond du pan. Si vous n’avez pas de billes de plombs vous pouvez également acheter des petits de sachets de paydirts. Le paydirt est des sachets de sables aurifères contenant déjà de l’or ou tout simplement tester du gravier dans une rivière aurifère.

Attention, entrainez-vous au-dessus d’une bassine remplie d’eau pour ne rien perdre (ce serait dommage !) si vous débutez. Vous pourrez vous en dispenser une fois que vous serez habitué.

Pour une meilleure récupération, le matériau à passer au tamis doit être de taille aussi homogène que possible. Retirez tous les gros cailloux ou les pierres de plus de 2 centimètres avec l’aide d’un tamis, avant de commencer. Lavez soigneusement ces pierres afin que le sable et l’argile qui leur sont liés restent dans votre casserole. D’après certaines recherches, les fines liées aux plus gros rochers contiennent beaucoup plus d’or fin que ce à quoi on pourrait s’attendre.

L’orpaillage se fait de préférence dans un bac d’eau claire, de préférence dans un endroit où vous pouvez garder un bon équilibre ou même vous asseoir sur un rocher. Vous ne voulez pas perdre pied et tomber dans la rivière avec l’or contenu dans votre batée.

Vous pouvez très bien organiser un dispositif de test chez vous dans votre jardin ou votre balcon. L’avantage de l’utilisation d’un bac, surtout si vous êtes novice en matière d’orpaillage, est que vous pouvez toujours réessayer les matériaux qui tomberont dans le bac.

L'orpaillage dans une rivière
  • Tout d’abord, remplissez le pan à moitié ou aux trois quarts avec le minerai ou le concentré. Laissez un peu de place sur le dessus, surtout si vous êtes un mineur débutant.
  • Ajoutez de l’eau dans le pan ou immergez-la soigneusement dans l’eau et mélangez, pétrissez le mélange à la main, en brisant les morceaux d’argile et en lavant les cailloux éventuellement présents. Diluez l’argile autant que possible, car il pourrait renfermer de l’or.
  • Remplissez le pan d’eau (si elle n’a pas été maintenue immergée) et retirez délicatement les pierres et les cailloux, en les inspectant avant de les jeter. Vous pouvez parfois découvrir un morceau de quartz contenant de l’or, bien que cela soit extrêmement rare dans la plupart des cas.
  • Inclinez le pan légèrement vers l’avant et secouez-la d’un côté à l’autre dans un mouvement de va-et-vient. Vous devez exercer une force suffisante pour que le gravier s’agite et bouge avec l’eau. Le but de cette agitation est de permettre aux objets les plus lourds de se déposer et de se frayer un chemin jusqu’au fond de la batée.

L’or étant extraordinairement lourd, considérablement plus lourd que le plomb, il a naturellement tendance à glisser vers le bas dans le sable lorsque vous secouez le pan. Lorsque vous secouez la casserole, les éléments les plus lourds tombent au fond, laissant les matériaux légers sur le dessus. L’inclinaison de votre casserole doit être telle que les matériaux ne débordent pas du pan et restent à l’intérieur, même si vous la secouez d’avant en arrière et de droite à gauche.

L’étape suivante consiste à laver le pan de la substance légère qui se trouve actuellement sur la couche supérieure de votre gravier.

  • Soulevez le pan vers l’avant et laissez un débit d’eau contenu dans votre pan laver les matières légères sur le bord du bac et hors de celui-ci avec un léger mouvement d’arrière en avant tout en le maintenant juste sous la surface de l’eau. Les matières légères peuvent être enlevées plus facilement en soulevant et en abaissant progressivement le pan dans et hors de l’eau.
  • Ensuite, replongez votre pan dans l’eau immergeant ainsi les graviers, poussez doucement l’eau avec votre batée et sortez votre pan de l’eau en concernant son angle. En renouvelant cette séquence, les graviers situés à la surface seront petit à petit éliminé vers l’extérieur.
  • Une fois que les matières les plus légères ont été éliminées du dessus, vous continuez à secouer la casserole d’un côté à l’autre avec le même mouvement que celui utilisé pour concentrer le contenu (au début) et transférer les matières les plus lourdes du fond.

Il ne restera plus qu’à recommencer ces 2 phases pour n’avoir, à la fin, qu’une toute petite quantité de sable, généralement noir (que l’on appelle le sable noir) et qui contient de l’or. Plus vous allez répéter cette séquence, plus l’angle de votre pan dans l’eau devra être prononcé.

Vous allez vite le remarquer, plus vous allez nettoyer les graviers de votre pan, plus la granulométrie de votre gravier sera fin, pour ne garder que du sable noir. Ce sable noir est magnétique et pourra être enlevé grâce à un aimant. Ce que contient votre pan, à présent, s’appelle le concentré ou concentré aurifère.

On peut voir l’or présent en faisant doucement tourbillonner le concentré pour former un croissant sur le bord supérieur de la casserole (à plat). L’or à grain fin est minutieusement prélevé à l’aide d’une pince à épiler, tandis que les cailloux grossiers sont retirés à la main. Tous les sables noirs sont conservés pour un traitement ultérieur.

L’utilisation du pan américain aujourd’hui

fond de batée avec des paillettes d'or

Un orpailleur expert peut ainsi une grande quantité de graviers pendant plusieurs heures. Cependant, cela n’inclut pas le temps nécessaire pour extraire le sable du sol ou de la rivière, et souvent, la localisation du site adéquat et l’extraction du matériau de la terre prennent beaucoup plus de temps que le temps nécessaire à les nettoyer.

Au début des premières ruées vers l’or, le lavage à la batée était utilisé comme principale méthode de prospection et d’extraction. Cependant, la technique de l’orpaillage est assez restreinte, car même les orpailleurs les plus expérimentés ne peuvent traiter que de modestes quantités de gravier. Aujourd’hui, les batées sont généralement utilisés pour la prospection ou le lavage des concentrés. En raison de son faible coût, de son ergonomie et de sa facilité de transport, il s’agit d’un outil indispensable pour le prospecteur aurifère.

Conclusion

Vous remarquerez que le plus difficile n’est pas d’apprendre à utiliser un orpailleur ou tout autre équipement minier. Trouver l’or est la partie la plus difficile ! Le gravier est partout, mais le gravier contenant de l’or est beaucoup plus difficile à trouver. Il y a beaucoup à apprendre sur l’orpaillage, même lorsque vous vous trouvez dans les bons endroits et aux bons endroits. La clef, comme toujours est la persévérance, car celui qui ne cherche pas ne trouve (d’or) !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *