Comment utiliser une rampe de lavage en orpaillage

Les rampes d’orpaillage, ou sluice box en anglais, est un des matériels de base, mais néanmoins avancé et spécifique du chercheur d’or. Nous allons vous expliquer ce qu’est une rampe d’orpaillage puis quel est son principe d’utilisation. Nous allons ensuite vous expliquer les différents types de rampes de lavage pour l’orpaillage et vous démontrer qu’il est tout à fait possible de fabriquer vous-même.

Une rampe d’orpaillage, qu’est-ce que c’est exactement ?

Comme vous le savez déjà si vous avez commencé à chercher de l’or avec une batée, l’or se dépose dans des endroits bien précis dans une rivière. Si on cherche à généraliser, l’or se dépose lorsque le courant de l’eau ralentit brusquement, que ce soit à cause d’un obstacle (une pierre ou un arbre mort), un trou (une marmite ou des failles) et sur la rive intérieure d’un méandre. Nous avons d’ailleurs fait un article qui explique précisément où on peut trouver de l’or.



Une rampe d’orpaillage cherche à reproduire tous ces types de piège, mais de façon artificielle afin de que le chercheur d’or puisse, par la suite récupérer l’or, ainsi piégé. Une rampe d’orpaillage est donc un dispositif miniature qui permet de récupérer de l’or, grâce à un courant d’eau qui le traverse.

Dans quelles conditions utiliser une rampe ?

L’utilisation d’une rampe d’orpaillage répond avant tout à un besoin technique que peut avoir un orpailleur au cours de son extraction. En effet, une rampe de lavage s’utilise lorsque la quantité de graviers à traiter est suffisante (c’est-à-dire un gros volume rendant son traitement trop fastidieux à traiter à la batée).

Utiliser une rampe ne traitera pas plus vite la concentration et l’isolation de l’or, par rapport à un pan américain. Par contre, la rampe a un intérêt si le volume de graviers est suffisamment important pour justifier de son utilisation.

rampe de lavage avec un pierre dessus dans la rivière auifère

Cependant, il est important de noter certaines conditions :

  • On utilise une rampe d’orpaillage uniquement si on sait avec certitude que le gravier à extraire contient de l’or et suffisamment d’or. Une bonne prospection préalable et minutieuse est indispensable avant de poser sa rampe à l’eau.
  • Pour optimiser le traitement des graviers dans une rampe d’orpaillage, il est indispensable de préparer le gravier qui y sera déposé par une première concentration avec un tamis. En effet, plus les graviers seront fins après passage au travers d’une trémie de tamis, plus l’or sera concentré avant qu’il passe dans la rampe. Cela vous permettra de faire moins d’allers-retours entre la zone d’extraction de votre placer et l’emplacement de la rampe.

Quel est le principe de fonctionnement d’une rampe de lavage ?

Toutes les rampes d’orpaillage fonctionnent toutes sur le même principe, c’est-à-dire la mobilité des graviers poussée par la force d’un courant d’eau, à travers une section qui contient des dispositifs utiles pour capter et concentrer l’or. Tout cela basé sur la propriété propre de l’or, sa densité extrêmement élevée par rapport aux autres matériaux.https://www.lefouilleur.fr/fr/136-orpaillage

Une rampe d’orpaillage fonctionne toujours avec la force de l’eau. L’eau est omniprésente en orpaillage, car il permet de diminuer le gradient de densité entre les différents minéraux grâce à la poussée d’Archimède qui permet, dans notre cas, non pas de faire flotter l’or (ça se saurait si l’or flottait) mais bien de pousser et déplacer des masses dans un courant d’eau. Cette poussée des objets dans un courant d’eau s’appelle, en mécanique des fluides, la capacité de l’eau.

code promo materiel d'orpaillage et de recherche d'or boutique le fouilleur

On aura donc 2 actions qui vont se jouer dans notre rampe d’orpaillage sur l’or :

  • L’or pourra, sur certaines surfaces de notre rampe, se retrouver freiné dans sa progression, car le courant n’aura pas suffisamment de puissance pour rendre mobile nos paillettes d’or, trop lourdes et ayant trop d’accroche sur cette surface.
  • L’or pourra également se faire piéger dans des trous ou derrière des obstacles, car le courant n’aura pas ou peu d’impacts pour mobiliser l’or et le faire descendre dans la rampe.

Ce sont ces 2 fonctions précédemment présentées qui permettent aux chercheurs d’or d’utiliser cet outil afin de travailler une zone aurifère plus efficacement tout en déployant moins d’effort pour traiter un certain volume de graviers en se fatiguant un peu moins que de nettoyer tout avec un pan américain.

Évidemment, l’orpaillage en France est un loisir et le matériel est adapté à cette dénomination de loisir. Ses dimensions sont généralement proches du mètre de long (parfois même plus petit encore) et de 25 à 30 cm de large.

Pour cette même raison, bien éloignés des grandes exploitations minières professionnelles, les rampes d’orpaillages ne doivent pas être motorisées (soit par des moteurs thermiques ou électriques) et ne peuvent se servir que de la puissance naturelle de l’eau du cours d’eau.

Une rampe d’orpaillage est donc un canal en forme du U en aluminium à l’intérieur duquel se trouve généralement un tapis. Ce tapis sera la partie principale de la rampe, car c’est elle qui captera l’or. Cette rampe sera placée dans le courant et l’orpailleur déposera des graviers aurifères à l’intérieur sur la partie la plus en amont, face au courant.

Les sables et les graviers, ainsi déposés, seront emportés par le courant. Les sables et les graviers les plus légers seront évacués en traversant la rampe et s’écoulant à la sortie de la rampe avec le courant. Les matériaux les plus lourds seront bloqués, piégés dans les pièges à or du tapis. Après plusieurs remplissages, le chercheur d’or pourra ensuite sortir sa rampe de l’eau, détacher le tapis contenant le métal précieux et récupérer le sable concentré en or (or, pépites, sable noir et hématites).

Aventures en plein air sur la rivière. Orpaillage, un homme verse du sable et des graviers.

L’utilisateur n’aura plus qu’à procéder à un nettoyage final de ce concentré au pan ou à la batée pour finir d’isoler l’or.

À quoi ressemblent les tapis d’orpaillage ?

Le tapis est vraiment le cœur de votre rampe. C’est le tapis d’orpaillage qui fera tout le travail de tri, de captation et de concentration de l’or. Il existe une multitude de tapis, mais il est possible de les classer en xx catégories :

Les tapis à riffles

En orpaillage, on appelle riffles, des pièges à or sous forme de tasseaux. C’est techniquement les tapis les plus utilisés dans le monde amateur, les plus simples, les plus fiables à utiliser et surtout les plus efficaces. Ces tapis possèdent donc des tasseaux, des riffles, voire des fosses de 1 à 2 centimètres (de hauteurs ou de profondeurs en fonction de quoi on parle), qui ont pour but de créer juste derrière eux et contre eux une zone de ralentissement brutal. 

riffles d'un tapis d'orpaillage
Dans cette image, le courant va de droite à gauche

L’énorme avantage d’utiliser des pièges en forme de riffles, de tasseaux ou de fausses est que le piège occupe toute la largeur de la rampe et peut être disposé ainsi à plusieurs reprises tout le long du sluice. Les graviers et l’or n’ont pas d’autre choix que de passer le piège et d’être piégés par ce riffle ou le suivant.

Les matériaux de fortes densités passent par-dessus l’obstacle puis tombent juste derrière. L’effet du courant qui passe également au-dessus du courant bloquera ces matériaux denses juste derrière chaque riffles et resteront bloqués. Mais pas que … derrière chaque riffles, les graviers subissent un tri par gradient de densité, comme sur un pan lorsqu’on le secoue littéralement pour faire descendre l’or.

Ici, c’est pareil ! Sauf que le mouvement est opéré par l’effet du courant, derrière chaque riffle en faisant vibrer les matériaux piégés. L’or descendra par gradient de densité et le plus léger (du lourd) sera à la surface.

À chaque alimentation de la rampe, de nouveaux matériaux dense viendront remplir les riffles et le gradient de densité fera toujours en sorte de ne conserver derrière le riffle que ce qui est le plus lourd.

Les tapis à trous

Les tapis à trous sont des tapis très particuliers dont le concept de base a été popularisé par la marque Dream Mat. Ce sont des tapis jonchés de trous et autour desquels sont positionnés une forme de coquillage qui a pour but d’orienter le flux de l’eau pour qu’il tournoie autour du trou.

Ces trous fonctionnement de micro aspirateurs qui récupèrent les sables et les orientent à l’intérieur du trou. Alimentée par le flux du courant, cette rotation perpétuelle du flux permet d’évacuer les matériaux les plus légers et conserver dans le trou uniquement les sables et l’or de forte densité.

Ce système de tapis a été reproduit et copié par de nombreux fabricants de matériel d’orpaillage, mais son utilisation demande beaucoup d’expérience dans les conditions d’utilisation et le placement de la rampe. Il faut un débit assez important, une hauteur d’eau très faible et un tamisage très fin. À l’origine, cette technique de tapis ne servait que pour traiter le concentré dans les industries minières.

Cependant, le risque de perte d’or existe en cas de variation de flux d’eau, ou si le tamisage n’est pas suffisant fin. Il faut également une longueur de rampe suffisante pour être certain que l’or ne slalome pas trop entre les trous.

Comment positionner sa sluice box dans l’eau ?

Comme nous en parlons depuis le début de cet article, une rampe d’orpaillage fonctionne uniquement avec la force de l’eau, plus particulièrement sa capacité. Il faudra positionner sa rampe d’une certaine manière afin que l’eau puisse y circuler sans entrave et avec un débit d’eau suffisant.

La première étape consiste à repérer une zone où l’est rebondit sur des gros galets apparents. Ce sera le meilleur endroit pour la poser. Il faudra la positionner bien face au courant, afin que celui-ci garde la même direction que celui de la rivière. La hauteur de l’eau doit être suffisante et ne doit pas accéder 2 cm de hauteur, à l’intérieur du sluice. L’arrière de la rampe ne doit jamais être en dessous du niveau de l’eau du cours d’eau.

Il sera parfois nécessaire d’ajuster la pente pour favoriser l’écoulement du flux. Cet angle sera fonction du type de piège et de la vitesse du flux entrant. Plus les pièges seront gros et imposant, plus l’énergie circulant dans la rampe devra être importante.

Une fois le positionnement fait, il faudra s’assurer que la rampe soit la plus stable possible. Vous pouvez utiliser des cailloux pour lester et stabiliser votre matériel.

Le premier test de réglage

un sluice box rempli, orpaillage semi professionnel un sluice box rempli dans la dérive d'une rivière

Avant d’y déposer de l’or, il faudra s’assurer que tout est parfaitement en place. Récupérez un peu de sable à côté de vous, même s’il n’est pas aurifère et déposez-les à l’entrée (amont) de la rampe pour vérifier que ce sable s’écoule bien, et se nettoie bien sans entraver les pièges. En fonction des résultats, vous devrez soit ralentir ou accélérer le flux, et ceci se joue avec la pente du sluice.

  • Trop de courant empêchera l’or de se déposer correctement et risquera de passer les pièges sans s’y bloquer.
  • Trop peu de courant et tous les sédiments boucheront les pièges empêchant l’or de s’y fixer.

Avoir le bon angle et un débit suffisant

Il est essentiel de comprendre que l’angle de la rampe est proportionnel à la vitesse de l’eau qui s’écoule à l’intérieur. Par exemple, un débit lent peut être compensé dans une certaine mesure en augmentant l’angle lui-même.

Un débit d’eau approprié est essentiel en soi, car une trop grande quantité d’eau passant par votre la rampe peut limiter considérablement le taux de récupération de l’or de votre sluice.

Si le débit est trop rapide, l’or le plus fin sera simplement poussé par le courant et s’échappera du sas arrière.

De même, si le débit est trop lent, les riffles seront bloqués par du sable et des pierres, ce qui les rendra inefficaces les pièges à or.

Si la vitesse d’écoulement est trop rapide, le taux de récupération de l’or fin diminue rapidement. L’or plus grossier présente la même tendance, mais il est beaucoup moins affecté par la vitesse de l’eau. Cela s’explique par le fait que chaque particule d’or est beaucoup plus lourd.

Quelle quantité d’eau faut-il faire passer dans la sluice box ?

Une rampe doit être utilisée avec un débit aussi lent que possible sans boucher les riffles. S’il y a de l’écume blanche lorsque l’eau passe au-dessus des riffles, l’eau se déplace trop rapidement et fera sortir la majorité de l’or fin.

Une autre règle de base est que le débit doit être suffisamment rapide pour permettre aux matériaux de passer rapidement dans la rampe. Quelques secondes sont généralement un bon objectif à atteindre (entre 4 et 6 secondes exactement).

Comment obtenir le bon débit d’eau et le bon angle

Il y a plusieurs choses que vous pouvez faire pour générer le débit d’eau suffisant :

  • Identifiez un endroit convenable : Avant tout, essayez de trouver un point dans la rivière où l’eau coule assez rapidement. Placez la rampe à un angle modéré (peut-être 5 degrés) et observez le débit. Si tout semble être en ordre, donnez-lui un peu de sable et de gravier et observez comment il s’écoule dans le sluice.
  • Ajustez l’angle : Pour compenser un écoulement trop rapide ou trop lent, vous pouvez essayer d’ajuster l’angle du sluice. Par exemple, si les riffles se bouchent, vous pouvez ajuster légèrement l’angle. Cependant, les modifications les plus importantes doivent être effectuées en modifiant le débit d’eau entrant dans la rampe.
  • Construisez un entonnoir avec les rochers : Si le cours d’eau n’est pas assez rapide, vous pouvez toujours construire un entonnoir à partir de rochers suffisamment lourds juste devant la rampe en continuité de son flare (entonnoir de la rampe). Parfois, il suffit de placer quelques rochers autour de l’entrée de l’écluse pour obtenir le supplément d’eau nécessaire.

Donc, en résumé, il s’agit d’équilibrer l’angle approprié avec le débit d’eau. Et tant que l’eau n’est pas trop rapide et que les riffles ne sont pas bouchés, vous faites probablement du bon travail.

Remplissage de la rampe avec du sable aurifère

La première chose à faire est de tamiser le gravier qui sera ensuite déposé dans votre rampe pour y être lavé. Tamisez avec un tamis ayant une section de 0.4 à 0.8 cm. Ce tamisage permettra de vous faire gagner beaucoup de temps afin d’éliminer près de 60% du volume de graviers inintéressant et ne contenant pas d’or (comme les cailloux et les débris de végétation).

Une fois tamisé, le sable pourra être déposé sur la partie amont de la sluice box. Il ne faut surtout pas y aller franco ! Au contraire, après la première pelletée, il faut attendre que le sable léger soit complètement évacué afin que les pièges et riffles aient eu le temps de bien éliminer, à leur tour, les sédiments légers et bien concentrer l’or, déjà en place.

Le but est de toujours vérifier si les pièges fonctionnent bien. On peut le savoir si le piège n’est pas trop rempli, pas trop noir et que les minéraux à l’intérieur vibrent bien, secoués par le courant. Si vous estimez que les pièges sont colmatés et que les minéraux à l’intérieur vibrent mal, alors il faudra procéder au nettoyage de votre rampe.

Le nettoyage de votre sluice et la récupération des paillettes d’or

Une fois que vous estimez qu’il est temps de nettoyer votre rampe, la première chose à faire sera de sortir votre sluice box hors de l’eau. Attention, car lorsqu’un courant circule dans l’eau sur les riffles, il y aura de la déportance ce qui se traduira par un poids plus lourd au moment de l’extraire de l’eau.

Ensuite vous n’avez plus qu’à déloger le tapis si celui-ci est amovible et le nettoyer dans un seau d’eau. Si les pièges sont intégrés au canal, il faudra nettoyer votre rampe à la verticale, dans votre seau d’eau et bien arroser la sluice box en eau pour nettoyer les pièges.

Il ne reste plus qu’à récupérer le concentré, maintenant présent dans votre seau, dans une batée pour procéder au nettoyage final et isoler l’or de façon classique.

Lavage de l'or dans la rivière depuis la france

Vous remarquerez assez vite que la couleur des sables est noire. Ce sable noir est magnétique et lourd. Vous pouvez utiliser un aimant pour éliminer facilement ce sable noir et faciliter le nettoyage final. Prenez bien votre temps dans ce nettoyage, car il y aura beaucoup d’or et l’ensemble des minéraux auront un faible écart de densité avec l’or ce qui demande plus de patience et de souplesse dans le geste pour ne pas perdre d’or.

Pour en savoir plus nous vous invitons à suivre notre article pour faire un bon réglage de sa rampe d’orpaillage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *