Orpaillage – Où trouver de l’or en France ?

Trouver de l’or est tout à fait possible en France. En effet, s’il y a des orpailleurs, c’est qu’il y a de l’or ! Mais n’allez pas croire qu’il y en a beaucoup. Dans certains endroits, il y a autant d’or que dans les grandes régions aurifères du monde comme en Alaska, en Thaïlande ou encore en Australie. Cependant, la disposition de cet or Français est assez inégale et sous forme alluvionnaire.

Par chance, même si la présence d’or peut être faible par endroits, celui-ci est présent à peu près par tout en France. Plus particulièrement près des zones montagneuses.  C’est ainsi que nous pourrons trouver de l’or à proximité des Pyrénées, du Massif Central, des Alpes, et du Massif armoricain. 



Nous allons vous présenter dans cet article les zones les plus aurifères de France où il est possible, pour les chercheurs d’or, de trouver facilement de l’or et surtout où le chercher.

Par contre, il est indispensable de vous renseigner auprès des DDT car énormément de ruisseaux, rivières, voire départements entiers sont interdit à la pratique de l’orpaillage. Il est de votre responsabilité de faire vos démarches de demande d’autorisation de pratique et de prendre connaissance où vous pouvez pratiquer la recherche et prospection de l’or.

Dans quelles régions peut-on trouver de l’or en France ?

carte aurifère détaillé des rivières françaises
Voici la carte de France répertoriant les zones ou la présence de l’or a été avéré scientifiquement. Attention, ce n’est pas parce qu’il y a de l’or qu’il est exploitable en orpaillage. Beaucoup d’eau peut se trouver sous forme incluse dans la roche rendant le test de présence d’or positif sans pour autant ne pas pouvoir en trouver dans les cours d’eau avec une batée.

La région Bretagne, la région la plus aurifère de France

Le massif armoricain est certainement la zone la plus aurifère en France. Bien que méconnu, elle constitue cependant l’une des réserves françaises d’or sous forme native les plus importantes de France. La raison à cela est sa géologie bien particulière constituée de couches géologiques anciennes, volcaniques, riches en quartz et en schiste, renfermant de l’or.

Aujourd’hui encore, de nombreuses exploitations minières s’intéressent à la Bretagne  pour ouvrir des exploitations de petite envergure et d’y récolter le métal précieux. Heureusement, pour des raisons économiques et surtout environnementales, ces exploitations non toujours pas ouvertes à ce jour.

La Bretagne est parcourue par de nombreux petit cours d’eau et ruisseaux qui érodent régulièrement ce massif ancien contenant des précieuses particules d’or incluses dans la roche , donc difficilement disponible et de petite taille. Mais dans cette zone, l’environnement et le biotope est très fragile du fait du peu d’eau qui y circule.

Aussi 3 des 4 départements de la Bretagne sont interdits à la pratique de l’orpaillage de loisirs. Les DDT vous délivreront jamais d’autorisation si vous en faites la demande. C’est ce que nous expliquons dans l’article que nous avons rédigé et que vous pouvez lire ou relire ici : https://www.savoir-tout-sur-tout.fr/departement-interdit-orpaillage/

la rivière la plus aurifère de bretagne

Il est cependant intéressant de noter que la présence d’or existe bel et bien avec des jolies traces de paillettes, parfois même de petits grains encore cristallisés et non roulés.

Mais la particularité la plus intéressante de la bretagne est la possibilité de trouver de fines particules d’or sur les plages du littoral. C’est ce qu’on appelle des placiers marins.

C’est paillettes d’or reviennent des fleuves aurifères, se jetant dans l’océan, puis ce remobilisent sur les plages par l’effet de la houle. Il est donc possible de trouver de fines paillettes d’or à même le sol, sur la plage, lorsque celui-ci est constitué de sable noir. Pour récolter cet or, il suffit d’utiliser une batée et rien de plus.

La chaine Pyrénéennes est la zone le plus exploité depuis la nuit des temps

La chaîne des Pyrénées est probablement la zone la plus exploitée depuis très longtemps. En effet, un grand nombre de documents attestant de l’exploitation de l’or datant de l’Antiquité. La présence de cet or dans les Pyrénées s’explique par la naissance du relief pyrénéen entre les plaques européenne et africaine.

Encore aujourd’hui les Pyrénées constituent le gisement de nombreux métaux tels que le cuivre, le plomb, le tungstène et également l’or. Le massif des Pyrénées est relativement jeune, les couches géologiques datant de la période Paléozoïque témoigne de la présence de roche schisteuse impliquant indirectement la création de l’or.

On trouve donc très régulièrement de l’or dans le département de l’Ariège, L’Hérault, mais également dans l’Aude et enfin dans les Pyrénées-Orientales.  Ce sont dans ces trois départements que la concentration en or est la plus forte dans le l’extrême sud de la France. Il est ainsi possible de citer L’Ariège, la Garonne, L’Aude, le Têt, l’Arize, et le Salat comme les cours d’eau les plus emblématiques pour la recherche d’or dans cette zone du sud.

Pourtant, même si on trouve assez facilement de l’or dans les Pyrénées, coté Français, les quantités sont nettement plus importante du coté Espagnol avec une surface de zone aurifère 4 fois plus grand que coté Français.

Mais il ne faut pas oublier que la zone ouest des Pyrénées est également une bonne source aurifère, comme le Limousin, les Hautes Pyrénées ou encore les Pyrénées Atlantique, bien que moins exploité par les orpailleurs amateurs

Dans les alpes

Si vous souhaitez orienter votre recherche dans les Alpes, sachez que vous aurez plus de chance dans la partie haute des Alpes. En effet, les rivières susceptibles de contenir de l’or se situent plutôt du côté de la Savoie et la Haute-Savoie. D’ailleurs, c’est en Haute-Savoie qu’a été découverte une des plus grosses pépites de France. Elle pesait 43.5 grammes et a été découverte à Alby-sur-Chéran dans le massif des Bauge.

Mais il y a de l’or un peu partout comme par exemple à Proche Albertville, longez l’Arly, rivière aurifère qui vous permettra de réaliser votre collecte. Un peu plus au nord, les rivières proches de Rumilly, d’Annecy et Bonneville sont également des lieux idéaux pour pratiquer l’orpaillage.

or trouvé dans la rivière du gardon

Et pour ceux qui vivent proche de la station thermale de Thonon les bains, sachez que vous pourrez longer La Dranse pour parvenir à trouver quelques grammes d’or.

Dans le Massif Central

Si nous nous dirigeons vers le centre de la France, sachez que le Rhône et la Saône sont des fleuves où vous pourrez pratiquer l’orpaillage. Le Rhône étant le fleuve recueillant bon nombre d’affluents drainant à la fois les alpes et les parois Est du Massif Central, c’est donc un formidable concentrateur naturel d’or alluvionnaire.

Dans les Cévennes, toutes les rivières qui affluent vers le Rhône regorgent d’or. Les épisodes cévenols permettent un renouvellement alluvionnaire récurrent et un concentration continue de l’or sur les placers aurifères. Le Gard traduit le mieux ce phénomène, en particulier les cours d’eau des 3 Gardons présentant très peu de barrages construit par l’Homme, favorisant un enrichissement continu en or.

rivière aurifère du gardon en france

Le Gardon d’Andouze est le cours d’eau qui connait la plus grande concentration d’or en France si on le compare en mètre cube de graviers. C’est d’ailleurs le cours d’eau le plus fréquenté en France avec près de 800 orpailleurs sur ses berges chaque année et un camping mondialement reconnu dans la recherche d’or, idéal pour effectuer des stages d’initiation d’orpaillage.

Il est également intéressant de noter qu’un département du Massif Central présente un double intérêt pour les prospecteurs d’or. Ce département est l’Auvergne. L’Auvergne est un département aurifère drainant nombre de massifs volcaniques anciens. Mais en plus de l’or, il est également possible de trouver des saphirs. Vous avez de la chance si vous habitez dans ce département ou si vous avez la possibilité d’y aller, car il est possible de récolter des saphir avec le même matériel que l’orpaillage.

Comment trouver de l’or dans les rivières ?

Savoir dans quelles régions de France c’est une chose, mais savoir le trouver, c’est une tout autre affaire. Heureusement, nous allons vous y aider. Une fois au bord de l’eau, il faut reprendre les fondamentaux sur les caractéristiques physiques de l’or, à savoir sa forte densité et donc son poids élevé. De ce fait, l’or suit un certain chemin dans le cours d’eau qu’on appelle la goldline et se dépose dans des endroits.

Si nous devons généraliser sur ce qu’est la goldline, il faut imaginer quel représente le chemin le plus court dans le lit de la rivière. C’est en suivante cette goldline  que l’or bouge, poussé par le courant. Ainsi, suivant les courbes du cours d’eau, la ligne d’or suivra le chemin le plus rapide et le plus court. Par exemple si la rivière à dessiner une courbe, L’or suivra le côté intérieur de cette courbe et se déposera sur les berges de la rive intérieure. Si la goldline Entre en contact avec un obstacle, il y aura de fortes chances que l’or il reste piégée.

Il est donc très important de comprendre que l’influence des Dépôts aurifère est intimement lié au courant du cours d’eau et aux obstacles qui s’y présente devant lui. Ainsi, il est très facile pour un chercheur d’or d’élaborer des stratégies pour rechercher ce dépôt dans des endroits et des pièges bien précis. Nous allons donc immédiatement voir quelques pièges bien connus des prospecteurs qui sont généralement prometteur pour trouver de l’or facilement

L’intérieur des virages des cours d’eau

Lorsqu’un cours d’eau dessine un virage, on appelle cela un méandre. Dans ce méandre, l’or  va emprunter le chemin le plus court, c’est-à-dire en collant la courbe intérieur du virage. C’est d’ailleurs à cet endroit que l’on trouve généralement un dépôt de galets et de graviers sous forme de plage.

plage de graviers avec dépots aurifères

Ce dépôt de graviers et de galets traduit un ralentissement soudain le courant de l’eau à cet endroit précis ce qui implique par la même occasion un dépôt probable d’or à l’avant de cette plage de dépôts sédimentaires. Prospecter de l’or sur la partie la plus un amant de cette plage, à quelques centimètres de profondeur, et une excellente stratégie pour commencer à trouver ses premières pépites et paillettes d’or.

L’amas  de graviers et de galets à cet endroit précis représente également une forme d’obstacle passif qui permettent alors de s’y déposer beaucoup plus facilement que sur de la roche mère.

Les obstacles naturels au milieu de la goldline

Il n’est pas rare de trouver des obstacles jonchés au milieu du cours d’eau. Si ces obstacles se trouvent directement sur le chemin de La goldline,  alors il y a fort à parier que de l’or se cache derrière.  Ces obstacles peuvent se retrouver sous diverses formes. Cela peut être un énorme rocher (que l’on appelle dans le milieu de l’orpaillage boulder), un tronc d’arbre, une excroissance de roche mère, etc …

rochers et boulders dans une rivière aurifère

Si vous identifiez de tels pièges dans votre rivière, L’or si déposera juste derrière et en dessous lui. Il vous faudra alors, si c’est possible, soulever l’obstacle, ou bien gratter juste derrière lui à l’aide d’une pelle ou d’une pompe à main. Même immergée, ce type d’obstacle piège très bien l’or.

Les trous dans la roche père : marmites

Un autre type de piège à or que l’on retrouve régulièrement en rivière, ce qu’on appelle des marmites les marmites sont tout simplement des trous creusés par la force même du courant dans la roche mère. La roche mère très dure, cela prend beaucoup de temps. Mais une fois bien dessiner, ces trous piègent facilement les sédiments et des graviers.

En plus de piéger des sédiments et du sable, ces marmites, sous l’effet du courant, mélangent et malaxent le gravier ainsi piégé. Se mélange ainsi opéré sous l’effet du courant permet à l’or de se concentrer beaucoup plus facilement et aux sables beaucoup plus légers de s’évacuer. Il n’est donc pas rare de trouver énormément de paillettes d’or et même de belles pépites dans ce genre de piège très recherché par les orpailleurs.

Les fissures et les failles dans la roche mère

La surface de la roche-mère est rarement lisse. Souvent en granit, en schiste, en calcaire,  la roche mère présente beaucoup d’aspérités. Nous l’avons vu précédemment, il peut très bien y avoir des trous, mais également des fissures ou des failles. Ces fissures ou failles  sont également créé par l’effet du courant sur le bedrock, depuis des milliers d’années.

bedrock apparent avec des fissures et des failles idéal pour trouver de l'or

Il faut bien comprendre que même si la fissure est très petite, elle est tout à fait capable de piéger une grande quantité d’or même sur une surface est très restreinte. Pour récupérer l’or qui aurait pu être coincé dans ces fissures, il vous faudra utiliser des petits outils pour gratter le gravier et le sable aurifère afin de le nettoyer avec votre batée.

Les variations de courant

Dernier aspect beaucoup plus compliqué avoir lorsque l’on commence l’orpaillage. Régulièrement vous pourrez lire sur des sites d’orpaillage, que la variation de courant et un ralentissement de ce courant permet de dépôt de l’or. 

Comme vous avez pu le lire jusqu’à maintenant, certains phénomènes de ralentissement sont évidents. Mais d’autres sont beaucoup plus difficile apercevoir, même une fois que l’on est au bord de l’eau.

Il existe d’autres phénomènes qui ralentissent le courant de l’eau. Par exemple lorsqu’un bras d’un cours d’eau rentrer en contact avec le bras primaire, cet affluent provoque un changement de direction du courant principal dans lequel il se jette ce qui perturbe le flux et favorise les phénomènes de dépôt. C’est donc un exemple parmi tant d’autres qui peut devenir un spot extraordinaire pour trouver de l’or à l’endroit ou en a marre le gravier de forme de plage se formera sur la berge adjacente.

Un autre cas de figure est lorsque la section de la berge du cours d’eau se rétrécis ou s’agrandit. S’il se rétrécit, le courant sera alors plus rapide ce qui ne favorise pas le dépôt de graviers. À l’inverse si la section s’agrandit brusquement, cela produira un ralentissement net du courant, et donc un dépôt sédimentaire. 

Dernières astuces avant d’aller prospecter : l’observation

Gardez bien en tête que la nature fait toujours bien son travail. Ici, quand on parle de nature, on parle bien du courant de l’eau. Le courant dépose l’or dans des placers aurifère, mais en plus de cela, il le concentre.

En orpaillage, l’observation est une qualité importante à avoir. En matière de prospection, observer son milieu est indispensable pour imaginer et deviner où l’or peut s’être déposé.  Il vous faudra alors comprendre comment fonctionne le cours d’eau que vous avez devant les yeux. Regarder comment s’écoule le courant, regarder où se trouvent les potentiels dépôt et à quoi peut ressembler ce cours d’eau lorsqu’il est soumis à une crue. Ce sera toutes ces questions il faudra vous poser afin de réussir une bonne prospection et enfin trouver de l’or.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *