Dans quelles rivières cherche-t-on de l’or en France ?

L’or peut se trouver un peu partout en France. En effet, s’il y a des orpailleurs, c’est qu’il y a de l’or ! Mais n’allez pas croire qu’il y en a beaucoup. Dans certains endroits, il y a autant d’or que dans les grandes régions aurifères du monde comme en Alaska, en Thaïlande ou encore en Australie. Cependant, la disponibilité de cet or Français est assez inégale et sous forme alluvionnaire.



Par chance, même si la présence d’or peut être faible par endroits, celui-ci est présent à peu près par tout en France, plus particulièrement près des zones montagneuses.  C’est ainsi que nous pourrons trouver de l’or à proximité des Pyrénées, du Massif Central, des Alpes, et du Massif armoricain. 

Nous allons vous présenter dans cet article les endroits, les départements et les cours d’eau où il y a de l’or en France. Nous allons d’abord vous expliquer les grandes zones de gisements, en France, où l’or est présent ainsi que leurs caractéristiques. Puis dans une seconde partie, nous irons plus en détails en vous énumérant les ruisseaux, rivières et fleuves aurifères en France.

Par contre, il est indispensable de vous renseigner auprès des DDT car énormément de ruisseaux, rivières, voire départements entiers sont interdits à la pratique de l’orpaillage. Il est donc de votre responsabilité de faire vos démarches de demande d’autorisation de pratique et de prendre connaissance où vous pouvez pratiquer la recherche et la prospection de l’or.

Dans quelles régions peut-on chercher de l’or en France ?

carte aurifère détaillé des rivières françaises
Voici la carte de France répertoriant les zones ou la présence de l’or a été avéré scientifiquement. Attention, ce n’est pas parce qu’il y a de l’or qu’il est exploitable en orpaillage. Beaucoup d’eau peut se trouver sous forme incluse dans la roche rendant le test de présence d’or positif sans pour autant ne pas pouvoir en trouver dans les cours d’eau avec une batée.

La région Bretagne, la région la plus aurifère de France

Le massif armoricain est certainement la zone la plus aurifère en France. Bien que méconnu, elle constitue cependant l’une des réserves françaises d’or sous forme native la plus importante. La raison à cela est sa géologie bien particulière, constituée de couches géologiques anciennes, volcaniques, riches en quartz et en schiste, renfermant de l’or.

Aujourd’hui encore, de nombreuses exploitations minières s’intéressent à la Bretagne  pour ouvrir des exploitations de petite envergure et d’y récolter le métal précieux. Heureusement, pour des raisons économiques et surtout environnementales, ces exploitations n’ont toujours pas été ouvertes à ce jour.

La Bretagne est parcourue par de nombreux petit cours d’eau et ruisseaux qui érodent régulièrement ce massif ancien et des roches géologiques contenant des précieuses particules d’or incluses dans la roche , donc difficilement disponible et de petite taille. Mais dans cette zone, l’environnement et le biotope est très fragile du fait du peu d’eau qui y circule.

Aussi 3 des 4 départements de la Bretagne sont interdits à la pratique de l’orpaillage de loisirs. Les DDT vous délivreront jamais d’autorisation si vous en faites la demande. C’est ce que nous expliquons dans l’article que nous avons rédigé et que vous pouvez lire ou relire ici : https://www.savoir-tout-sur-tout.fr/departement-interdit-orpaillage/

la rivière la plus aurifère de bretagne

Il est cependant intéressant de noter que la présence d’or existe bel et bien avec des jolies traces de paillettes, parfois même de petits grains encore cristallisés et non roulés.

Mais la particularité la plus intéressante de la bretagne est la possibilité de trouver de fines particules d’or sur les plages du littoral. C’est ce qu’on appelle des placiers marins.

C’est paillettes d’or viennent des fleuves aurifères, se jetant dans l’océan, puis se remobilisent sur les plages par l’effet de la houle. Il est donc possible de trouver de fines paillettes et pépites d’or à même le sol, sur la plage, lorsque celui-ci est constitué de sable noir. Pour récolter cet or, il suffit d’utiliser une batée et rien de plus.

La chaine Pyrénéennes est la zone aurifère la plus exploitée en France

La chaîne des Pyrénées est probablement la zone la plus exploitée depuis très longtemps. En effet, un grand nombre de documents attestant de l’exploitation de l’or datant de l’Antiquité. La présence de cet or dans les Pyrénées s’explique par la naissance du relief pyrénéen entre les plaques européenne et africaine.

Encore aujourd’hui, les Pyrénées constituent le gisement de nombreux métaux tels que le cuivre, le plomb, le tungstène et également l’or. Le massif des Pyrénées est relativement jeune. Les couches géologiques datant de la période Paléozoïque témoigne de la présence de roche schisteuse impliquant indirectement la création de l’or.

code promo materiel d'orpaillage et de recherche d'or boutique le fouilleur

On trouve donc très régulièrement de l’or dans le département de l’Ariège, L’Hérault, mais également dans l’Aude et enfin dans les Pyrénées-Orientales.  Ce sont dans ces trois départements que la concentration en or est la plus forte dans l’extrême sud de la France. Il est ainsi possible de citer L’Ariège, la Garonne, L’Aude, le Têt, l’Arize, et le Salat comme les cours d’eau les plus emblématiques pour la recherche d’or dans cette zone du sud.

Pourtant, même si on trouve assez facilement de l’or dans les Pyrénées, les quantités sont nettement plus importantes du côté Espagnol avec une surface des zones aurifères 4 fois plus grand que coté Français.

Mais il ne faut pas oublier que la zone ouest des Pyrénées est également une bonne source aurifère, comme le Limousin, les Hautes Pyrénées ou encore les Pyrénées Atlantique, bien que moins exploitée par les chercheurs d’or amateurs

Dans les alpes

Si vous souhaitez orienter votre recherche dans les Alpes, sachez que vous aurez plus de chance dans la partie haute des Alpes. En effet, les rivières susceptibles de contenir de l’or se situent plutôt du côté de la Savoie et la Haute-Savoie. D’ailleurs, c’est en Haute-Savoie qu’a été découverte une des plus grosses pépites de France. Elle pesait 43.5 grammes et a été découverte à Alby-sur-Chéran dans le massif des Bauge.

Mais il y a de l’or un peu partout comme par exemple à Proche Albertville, longez l’Arly, rivière aurifère qui vous permettra de réaliser votre collecte. Un peu plus au nord, les rivières proches de Rumilly, d’Annecy et Bonneville sont également des lieux idéaux pour pratiquer l’orpaillage.

or trouvé dans la rivière du gardon

Et pour ceux qui vivent proche de la station thermale de Thonon les bains, sachez que vous pourrez longer La Dranse pour parvenir à trouver quelques paillettes d’or.

Dans le Massif Central

Si nous nous dirigeons vers le centre de la France, sachez que le Rhône et la Saône sont des fleuves où les orpailleurs peuvent pratiquer leur loisir. Le Rhône étant le fleuve recueillant bon nombre d’affluents drainant à la fois les alpes et les parois Est du Massif Central, c’est donc un formidable concentrateur naturel d’or alluvionnaire.

Dans les Cévennes, toutes les rivières qui affluent vers le Rhône regorgent d’or. Les épisodes cévenols permettent un renouvellement d’alluvions récurrent et une concentration continue de l’or sur les placiers aurifères. Le Gard traduit le mieux ce phénomène, en particulier les cours d’eau des 3 Gardons présentant très peu de barrages construit par l’Homme, favorisant un enrichissement continu en or.

rivière aurifère du gardon en france

Le Gardon d’Andouze est le cours d’eau qui connait la plus grande concentration d’or en France si on le compare en mètre cube de graviers. C’est d’ailleurs le cours d’eau le plus fréquenté en France avec près de 800 orpailleurs sur ses berges chaque année et un camping mondialement reconnu dans la recherche d’or, idéal pour effectuer des stages d’initiation d’orpaillage.

Il est également intéressant de noter qu’un département du Massif Central présente un double intérêt pour les prospecteurs. Ce département est l’Auvergne. L’Auvergne est un département aurifère drainant nombre de massifs volcaniques anciens. Mais en plus de l’or, il est également possible de trouver des saphirs. Vous avez de la chance si vous habitez dans ce département ou si vous avez la possibilité d’y aller, car il est possible de récolter des saphirs avec le même matériel que l’orpaillage.

Voici la liste des rivières aurifères en France

Vous devez vérifier la possibilité de pratiquer l’orpaillage dans les différents cours d’eau mentionnés ci-dessous. Pour ce faire, il est de votre responsabilité de faire une demande préalable pour pratiquer l’orpaillage auprès des services de la DDT ou de la DREAL.

Normandie

Même type de placers et teneurs qu’en Bretagne

  • Calvados et Manche : les affluents de l’Orne et de la Vire

Les ruisseaux du sud de Caumont l’éventé sont tous plus ou moins aurifères .

Massif Armoricain

  • Côtes-d’Armor : le Lié, la Rance
  • Ille-et-Vilaine : la Cantache, le Meu, le Couesnon
  • Maine- et-Loire : les affluents de la Sarthe et de la Basse Mayenne
  • Mayenne : l’Oudon, les affluents de la Haute Mayenne
  • Morbihan : le Blavet, l’Oust et affluents
  • Finistère: Odet (supérieur), Aulne (Bassin de Châteaulin), Porzay

Alpes

  • Hautes-Alpes : la Romanche
  • Isère : l’Isère
  • Haute-Savoie : le Rhône, l’Arve, le Fier, le Chéran

Massif Central

  • Allier : l’Allier
  • Ardèche : l’Eyrieux, le Doux , l’Ardèche, le Chassezac
  • Aveyron : le Viaur, la Truyère
  • Cantal : la Jordanne
  • Corrèze : la Vézère, la Loyre
  • Creuse : la Gartempe, la Truyère, l’Ardour
  • Dordogne : l’Isle, la Loue, L’Auvézère (traces d’or)
  • Gard : le Gard, le Gardon d’Alès, le Gardon d’Anduze, le Gardon de Saint Jean, le Galeizon, La Ganière, La Cèze, Le Luech, le Vidourle, le Rhône
  • Hérault : l’Orb, l’Hérault (de Saint-Bauzille de Putois à Ganges)
  • Loire : le Gier
  • Haute-Loire : l’Alagnon
  • Lot : le Lot, la Dordogne (or au camping de Souillac, 6 petites paillettes à la batée) sablières
  • Lozère : le Coulagnet, la Colagne, le Lot
  • Puy de Dôme : l’Allier, la Haute-Dordogne. La Burande à Singles drainant les mines « d’or » de la Bessette
  • Rhône : le Gier, le Rhône, la Saône, Azergues (la vallée qui draine Chessy-les-Mines et son amas sulfuré polymétallique) y compris son affluent la Brévenne (idem à Sain-Bel)
  • Tarn : le Tarn, le Viaur
  • Haute-Vienne : la Gartempe, l’Aurence, l’Isle, la Glane

Est

  • Haut-Rhin et Bas-Rhin : le Rhin, la Thur, la Doller, La Lauch, La Fecht
  • Moselle : la Moselle
  • Haute Saône : L’Ognon

Pyrénées

  • Ariège : l’Ariège, le Salat, l’Arize et leurs affluents issus du Plantaurel
  • Aude : l’Aude
  • Haute-Garonne : la Garonne sur tout son cours (hors barrage), à Mancioux, la Neste
  • Hautes-Pyrénées : l’Adour à Maubourguet
  • Pyrénées-Atlantiques: le Gave de Pau, la Nive
  • Pyrénées-Orientales : la Têt, le Tech, le Réart et leurs affluents issus des Aspres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.