Les 6 erreurs à éviter en détection de métaux

Tous les jours, de nouveaux chercheurs de trésors se mettent à la détection de métaux. Il n’y a pas de prospecteurs types, car ce loisir touche tout un panel de la population, aussi bien des jeunes, que des anciens, aussi bien des ingénieurs que des ouvriers.



Pourtant, les difficultés que peuvent rencontrer les prospecteurs de métaux touchent tout le monde. Et ces difficultés peuvent pousser l’abandon du loisir. On pourrait penser que l’intérêt et le succès de trouver de belles trouvailles est lié directement à des techniques de détection, au type de matériel, au prix du matériel, ou telle ou telle marque, plus ou moins populaire.

Nous allons vous montrer dans cet article les 6 erreurs communes que vous devez connaître et apprendre à surmonter afin de prendre plus de plaisir à détecter. 6 erreurs, 6 solutions qui feront de ce loisir un véritable plaisir au milieu de l’histoire et la nature.

1ère erreur : croire que le prix de votre détecteur vous fera trouver plus de découvertes

Beaucoup de prospecteurs débutants et même parfois, moins débutants, pensent que plus on met un budget important dans un détecteur, plus on trouvera de trouvailles. Cette affirmation est complètement fausse. Il est vrai que plus on a un budget haut de gamme, plus il y aura d’options de réglage. Mais cela n’agira en rien sur le fait que vous ayez ou non un objet sous votre disque. Ça, c’est du pur hasard.

Du moment que vous avez un détecteur digne de s’appeler “détecteur de métaux” et non pas des copies chinoises qui copient grossièrement les vrais détecteurs des grandes marques, vous devriez avoir un son intéressant au bout du disque. Donc pensez bien que ce qui fait un bon prospecteur ce n’est pas sa machine, mais bien le hasard et aussi la façon dont l’utilisateur arrive à interpréter les sons et à affiner ses réglages.

2e erreur : copier ou reproduire le réglage des autres

réglage d'un detecteur sur un champ en labour

Cette erreur fait écho à la première erreur que nous venons de citer. Pour ce qui est des réglages de votre détecteur, ne cherchez pas à copier les mêmes réglages surtout si vous ne vous sentez pas à l’aise. Cela peut paraître bête, mais lorsqu’on détecte et qu’on vient de changer de détecteur, il vous faudra un temps d’adaptation pour comprendre les sons de ce dernier.

C’est donc une nouvelle sensibilisation sonore qu’il va falloir réapprendre. À cela il faut également ajouter que chacun a sa propre façon de balayer son disque, c’est-à-dire proche du sol, ou au contraire un peu plus haut, avec des balayages plus longs que les autres ou à l’inverse plus rapide. Tout ceci joue sur la capacité de votre détecteur à capter un signal et à le retranscrire en son.

C’est la raison pour laquelle nous réitérons ce que nous avons dit plus haut. Il vous faudra du temps pour apprendre à “comprendre” votre détecteur afin d’en tirer le meilleur parti. N’oubliez pas qu’il est possible de trouver des monnaies gauloises ou des monnaies en or avec un ACE 250 qui coûte 200 euros. Le plus important, c’est que c’est celui qui a réussi à interpréter les bons sons qui a décidé de creuser pour les trouver.

3e erreur : être impatient ne vous aidera pas

Il va falloir vous faire rapidement une raison, vous ne trouverez pas tout le temps quelque chose. Les sorties où vous rentrez bredouille arriveront forcément, et parfois même par série. Mais surtout, il ne faut pas que cela ne vous décourage. La prospection de métaux doit être et rester un plaisir et non une quête. N’oubliez jamais que ce que vous trouvez reste du hasard.

code promo boutique le fouilleur détection de métaux orpaillage et pèche à l'aimant

Cependant, enchaîner les sorties sans résultat peut amener à de la frustration, ce qui peut jouer sur vos nerfs, mais parfois aussi s’extérioriser physiquement sur votre matériel. S’agacer sur son matériel est quand même dommage au vu du prix que cela peut valoir à l’achat. Quant à la frustration intérieure, c’est là que l’expérience vous apprendra à rester serein.

Comme tout sport et tout loisir, quand ça veut pas, ça veut pas ! Si ce genre de situation arrive, la meilleure chose à faire est de faire une pause, prendre du recul et poser son détecteur un moment. Dans mon cas, j’ai trouvé une solution idéale pour éviter de trop me frustrer. Je pratique la détection en hiver, et en été, je fais aussi de l’orpaillage. 2 loisirs qui n’ont absolument rien à voir, mais qui me permettent, l’un comme l’autre, de ne jamais me lasser.

Un autre aspect qui semble important. Si un champ ou une forêt n’est pas satisfaisant, c’est un endroit de moins où je sais que je ne perdrai pas mon temps. Mais attention tout de même à une chose. Un jour que je détectais sur un champ, j’ai pu trouver une magnifique monnaie en argent Louis XIV. Heureux de cette découverte, je me suis mise à prospecter tout le champ au peigne fin. Au bout de 3 heures, je n’ai finalement pas trouvé plus si ce n’est des déchets en aluminium. Ce qui veut dire aussi que si j’étais passé à côté, ce jour-là, à cet endroit précis ou cette blanche était enterrée, j’en aurais conclu que ce champ était inintéressant. Et pourtant …

Cette histoire est donc à méditer … parfois une monnaie fait toute la différence.

4e erreur : ne pas s’appliquer à bien balayer avec son disque

Les chercheurs d’objets perdus expérimentés et novices peuvent commettre des erreurs directement lors de la prospection, c’est-à-dire balayer négligemment le disque de détection. Il est absolument nécessaire de bien positionner son disque au plus proche du sol et bien à plat afin de maximiser la surface de détection et optimiser la propagation des ondes électromagnétiques dans le sol.

La distance idéale du disque au-dessus du sol est de 2 cm. Une vitesse de déplacement élevée et une fréquence de balayage rapide peuvent perturber le bon traitement du signal de votre détecteur. Le détecteur de métaux risque de ne pas avoir le temps de se déclencher et, par conséquent, de nombreuses découvertes peuvent être manquées.

5e erreur : trop augmenter la sensibilité de son détecteur

Beaucoup de prospecteurs pensent que régler la sensibilité de son détecteur au maximum est un gage de gain de profondeur. En soi, penser cela est une erreur. Le mot “sensibilité” veut bien dire ce que cela veut dire. En augmentant la sensibilité, votre détecteur devient plus sensible aux retours des ondes électromagnétiques. En somme, votre détecteur réagira plus aux signaux retours qui lui semblent proches d’une conductivité connue, mais aussi toutes autres formes de perturbation électromagnétique.

erreur de réglage de la sensibilité d'un détecteur de métaux

Ce n’est donc pas forcément une bonne chose. Si on est dans une zone relativement propre, avec très peu de déchets et peu de minéralisation, cela peut aider à trouver des cibles plus profondes. Mais dans le cas contraire, détecter avec une sensibilité à fond deviendra impossible à interpréter pour votre cerveau.

La sensibilité d’un détecteur de métaux est un paramètre très délicat et dépend de nombreux facteurs : le type de sol, la minéralisation du sol, l’humidité, la présence de lignes électriques à proximité, etc., il ne faut donc pas régler la sensibilité de votre détecteur au maximum. Il faudra surtout régler la sensibilité au plus haut possible tout en conservant sa capacité à rester stable sur des signaux que l’on pourra confirmer comme une bonne cible.

6e erreur : déterrer une trouvaille à la hâte

Il est tout à fait naturel de s’empresser de déterrer une trouvaille dès que l’on entend un bon son dans notre casque. Mais la plus grande des erreurs serait d’aller trop vite au cours de l’extraction de cet objet avec le risque de l’abîmer avec notre pelle. A cela s’ajoute le fait que vous ne savez pas ce que vous allez déterrer avant de l’avoir sorti de terre. Imaginez si vous donniez un coup de pelle sur une magnifique monnaie romaine qui date de plus de 2 000 ans …

Pour chaque cible intéressante, il vous faudra faire preuve de calme, de minutie et de méthode afin de sortir cet objet de terre sans l’abîmer. Choisissez d’abord la bonne pelle. Il faut qu’elle soit solide avec une tête le plus effilés possible et bien aiguisée dans le but de rentrer dans la terre. Déterrer un objet se fait en 2 étapes :

  • La localisation de la cible
  • L’extraction

La localisation de la cible

Il vous faudra d’abord localiser avec précision votre objet enterré. Pour cela, essayez de cibler l’objet avec votre détecteur de métaux en balayant de gauche à droite et de haut en bas pour dessiner virtuellement une croix et localiser mentalement où se trouve la cible. Aidez-vous des reliefs du sol comme repère extérieur et visuel.

découverte d'une trouvaille en détection dans la terre

L’extraction de la cible

Une fois votre repère au sol identifié, prenez votre pelle en main et imaginez un carré que vous allez faire autour de votre cible en prenant soin de laisser 5 cm de sécurité autour de celle-ci. Plantez votre pelle bien droite en dessinant les côtés de votre carré. En plantant votre pelle sur ses 4 côtés du carré, vous pourrez sortir votre cible qui pourra être extrait dans le contenu de ce carottage carré sous forme de motte. Cette technique de carottage en carré peut être appliquée sur tout type de terrain, en forêt, en prairie, sur des sols très argileux.

Il ne vous restera plus qu’à rechercher dans votre motte de terre l’objet désiré. Si la première découpe ne permet pas de sortir votre cible, vous pouvez utiliser un poinpointer pour sonder les flancs de votre trou afin d’affiner la zone de recherche. Cette méthode permet aussi une rebouchage propre en particulier dans les prairies car elle permet de conserver le scalp herbeux intact permettant de rendre invisible votre extraction une fois tout repositionné.

En procédant ainsi, vous pourrez extraire votre objet perdu sans générer de dommage lors de son extraction et vous pourrez reboucher proprement votre trou.

2 réflexions sur “Les 6 erreurs à éviter en détection de métaux

  • à
    Permalien

    La detection est ma passion il faut etre patient pour trouver des pieces et objets jen fait depuis 10 ans et je suis toujours a fond dans mes sorties

    Répondre
    • à
      Permalien

      Je suis d’accord avec vous. La persévérance, c’est la clef. Parfois, on trouve, parfois, on ne trouve rien, mais comme je dis toujours, si on ne cherche pas, on ne trouve pas.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *