Comment débuter le VTT et choisir le bon matériel ?

Le vélo tout terrain (ou VTT) sur les chemins encaissés comme en montagne est un sport de montagne passionnant. Vous devez bien vous préparer pour votre première randonnée en VTT. Un vélo tout terrain fiable, un cycliste bonne condition physique et un peu de connaissances sur les techniques de pilotage sont tout ce dont vous avez besoin pour vous lancer dans l’aventure du VTT.



Des conditions changeantes et une météo capricieuse, beaucoup d’efforts et une énorme satisfaction d’avoir terminé une nouvelle colline. Tout cela vous donne envie de vous essayer au VTT. Ce sport exige une bonne condition physique et la connaissance des techniques de base du rider. Ce n’est qu’alors que vous pourrez vous sentir en confiance et en sécurité sur n’importe quel itinéraire.

Quelques conseils pour les débutants en VTT

En montagne, une surprise peut vous attendre à chaque virage : une flaque d’eau boueuse, une descente abrupte ou les omniprésentes racines d’arbres et rochers qui dépassent. Pour que votre première sortie en VTT ne vous décourage pas de faire de nouvelles sorties, vous devez vous préparer sur le plan physique. Une bonne idée est de s’entraîner à la salle de sport.

Concentrez-vous sur le renforcement musculaire et votre endurance. Exercez vos réflexes : ils vous seront également utiles. Le VTT se pratique principalement en montée et en descente raide. La technique de pilotage est importante, voire vitale pour éviter des accidents et prendre confiance. En le sachant, il vous sera plus facile de surmonter les montés et les descentes. Au lieu de vous fatiguer, vous profiterez des paysages.

La position de pilotage en VTT

La position sur votre vélo est très importante. Un corps correctement positionné fonctionne mieux avec l’équipement. Votre confort de conduite et votre liberté de mouvement sont également très importants. Après tout, l’activité sportive doit rester agréable.

2 hommes en VTT qui font du slopestyle

Sur les chemins moins exigeants, vous pouvez adopter une position neutre et confortable, avec les coudes et les genoux légèrement fléchis et le dos courbé, afin de pouvoir observer la route devant vous. Plus la section du sentier est exigeante, plus vous devez être concentré.

Sur les sections plus difficiles, vous devez adopter la position dite agressive. Pliez votre dos aussi parallèlement que possible par rapport au parcours. Ramenez vos hanches sur la selle et soulevez-les légèrement de la selle. Genoux et coudes fortement pliés, presque en angle droit. Placez vos mains de manière à pouvoir freiner à tout moment, les doigts sur les leviers de frein.

Position de la selle pour les balades en montagne

Une selle de VTT adapté vous aidera à maintenir la bonne position pour rouler dans des conditions difficiles. Sa forme doit permettre de changer rapidement de position de conduite et maintenir votre équilibre. Lors du choix d’un vélo tout terrain, il convient d’y prêter attention toute particulière.

Deux options s’offrent à vous : vous pouvez acheter un VTT avec une selle dédiée ou choisir un vélo équipé d’une selle d’une marque adapté eu VTT. Une proposition intéressante pour les débutants est le Tabou Flow 5.0 ou un vélo de cross universel équipé de la selle ultra-confortable Selle Royal Freccia.

Le réglage de la hauteur de la selle, en fonction du parcours. Elle sera d’une grande aide lors des montées. Dans ces montées, vous devez tirer le meilleur parti de votre vélo et de vos muscles. Vous obtiendrez de meilleurs résultats en réglant la hauteur de la selle de manière que vos jambes soient légèrement pliées. Votre jambe ne doit être que légèrement pliée en bas de la pédale.

cycliste en VTT qui arpente un chemin en montagne

Les descentes abruptes sont plus faciles sur une selle basse. Lorsque vous arrivez au sommet, abaissez-la d’environ 5 à 10 cm. Cela abaissera votre centre de gravité et rendra votre vélo plus stable dans les descentes. La position de la selle est très personnel et chacun aura ses préférences. La clé est votre confort et votre confiance lorsque vous manœuvrez le vélo. Expérimentez avec la hauteur de la selle jusqu’à ce que vous trouviez le réglage optimal pour vous.

Le freinage sur un VTT

Rouler sur des terrains difficiles et variés nécessite également un freinage habile et précis. Une pression trop forte sur le levier de frein avant dans une descente raide peut entraîner un accident grave. Un freinage arrière agressif est le meilleur moyen de déraper.

Alors comment freiner en VTT ? Il faut toujours freiner calmement et précisément. Vous devez avoir le contrôle total de votre vitesse et de votre vélo. Manipuler les freins avant et arrière en même temps, de manière contrôlée et avec une grande souplesse. Placez vos mains sur le guidon avec vos index sur les leviers pour assurer une réponse plus rapide tout en gardant le contrôle de votre roue avant.

Les freinages d’urgence sont inévitables en montagne, il est donc bon de prendre l’habitude de changer la position de son corps dans de telles situations. Reculez vos hanches, gardez vos jambes et vos coudes légèrement pliés. Cela vous donnera plus de stabilité sur le vélo et vous maintiendra en selle même en cas de freinage brusque.

N’ayez pas peur de rouler vite. Un bon élan vous sera utile à l’approche d’une montée. Vous serez en mesure de parcourir une partie d’une pente ascendante grâce à votre élan. La plupart des cyclistes débutants commencent à paniquer lorsqu’ils voient un virage serré. Réduisez votre vitesse avant d’entrer dans le virage, puis lâchez prise et laissez la force centrifuge prendre le relais.

randonneur en VTT le long d'une corniche avec la mer

De quel type de freins un vélo tout terrain doit-il être équipé ? Définitivement, avec des freins à disque, en raison de la nature de la conduite hors piste. Sur les pistes, nous avons du sable, des pierres, de la boue, etc. et le temps, qui peut changer littéralement de minute en minute. Le mécanisme des disques fonctionne aussi efficacement sur les chaussées sèches que sur les chaussées humides. Cela signifie que vous pouvez décélérer dans toutes les conditions avec la même force que vous appliquez sur le levier de frein.

Comment utiliser les dérailleurs sur un VTT ?

Un VTT a deux dérailleurs : un a l’avant et un à l’arrière. Le nombre d’engrenages dépend du nombre de pignons. Pour les débutants, un bon choix serait 18-21 vitesses. Les vitesses sur un vélo sont là pour vous faciliter la tâche. Plus vous utilisez de vitesses, plus votre vélo sera polyvalent et plus vous pourrez rouler sur de nombreux terrains. Si vous les utilisez bien, vous obtiendrez un bon soutien de votre vélo sur les sentiers difficiles grâce à un meilleur développement.

Pour obtenir un rapport plus souple qui vous aidera à gravir les cotes, réglez les vitesses de votre dérailleur de façon à ce que la chaîne soit sur le plus grand pignon possible à l’arrière et le plus petit pignon possible à l’avant. Passez les vitesses à l’avance, de préférence lorsque le terrain commence à s’élever. Ne changez pas de vitesse lorsque vous poussez fort sur les pédales ou sur la partie la plus difficile d’une montée, car vous pourriez casser votre chaîne.

Dans la descente, la chaîne doit être sur le grand pignon à l’avant. Réduisez progressivement les vitesses arrière à mesure que vous accélérez.

Lors de l’achat d’un VTT, faites attention à la qualité de l’équipement et à son adéquation aux conditions difficiles. Les plus connus et les plus fiables sont bien sûr les composants Shimano du groupe MTB. Les VTT de marque emblématique Tabou sont livrés avec plusieurs configurations de dérailleurs. Le Tabou Blade 29 4.0 est une machine puissante avec une transmission Shimano Deore, qui sera performante même dans les courses de VTT amateur.

Comment choisir un itinéraire pour sa première randonnée en VTT ?

Lorsque vous êtes prêt à vous lancer sur votre VTT, ne tentez pas les parcours les plus difficiles. Nous vous déconseillons de vous aventurer en solo dans les montagnes sauvages et isolés. Il y aura toujours du temps pour cela plus tard avec plus d’expérience. Pour commencer, choisissez des parcours connus et fréquentés par les autres VTTistes. Évitez les rochers instables et si vous ne vous sentez pas à l’aise sur la selle, descendez-la et attaquez-vous à une partie difficile de votre parcours, à pied. Il n’y a pas de honte à cela.

Évitez les sentiers bondés. Les marcheurs et les coureurs vous rendront votre balade difficile, surtout sur les cols de montagne sont étroits. Avant de vous lancer sur une piste, vérifiez soigneusement son niveau de difficulté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.